7 août 2013

La muraille de lave - Arnaldur Indridason (Islande)

Le cercle Points
408 pages


Erlendur, héros des romans d'Arnaldur Indridason, est parti en vacances en solitaire dans les fjords de l'est, probablement encore sur les traces de son frère, disparu lorsqu'ils n'étaient encore que des enfants, durant une violente tempête de neige. Sa précédente enquête ("Hypothermie") l'a visiblement beaucoup secoué, un sérieux break s'imposait donc. C'est pour cette raison qu'après "La rivière noire", où l'on retrouvait Elinborg en tant qu'enquêtrice principale, c'est au tour de Sigurdur Oli de mener la danse. On s'attache rapidement à ce jeune enquêteur, fraîchement célibataire, jusqu'alors resté dans l'ombre de l'énigmatique Erlendur. Et Siggi n'aura ici pas la tâche facile, les faits allant toucher son cercle d'amis proches.

Une femme meurt sous les coups d'un hypothétique encaisseur, des actes inavouables risquent d'être affichés au grand jour, un homme peut enfin se venger des actes odieux qu'il a subit dans son enfance, et une enquête est ouverte suite à la mort suspecte d'un homme sur les falaises de Svörtuloft (la muraille de lave).

Indridason touche aux sujets délicats de la pornographie pédophile, du libertinage et du chantage, mais aussi du blanchiment d'argent, de la corruption et des paradis fiscaux. On fait également connaissance avec l'économie islandaise et on redécouvre les paysages de cette île atypique.

Certes "La muraille de Lave" n'est pas le meilleur Indridason, qui nous a habitué à des enquêtes bien plus originales ("La cité des jarres", "La femme en vert"), mais ça passe tout seul malgré tout. Indridason est et restera une valeur sûre du polar nordique, mais Erlendur commence à nous manquer, on espère le retrouver très bientôt.

8 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore attaqué avec cet auteur ! :( Honte à moi ... Ce n'est pas faute d'en entendre beaucoup de bien. J'ai acheté le premier, il va falloir que je m'y mette ! Merci pour cette chronique ma chère Emmanuelle ... Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Carine!
      Tu as bien acheté "La cité des jarres"?
      Amitiés également :)

      Supprimer
  2. un auteur que je vais bientôt lire, as-tu qu'il est à l'honneur du magazine littéraire d'août 2013

    http://bonheurdelire.over-blog.com/article-10-grandes-voix-de-la-litterature-etrangere-magazine-litteraire-aout-2013-119245964.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne savais pas, merci pour le lien :)

      Supprimer
  3. D'accord avec toi en plus on découvre aussi le passé et les traits de caractère de Siggi.Monique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui même si je préfère notre Erlendur :)

      Supprimer
  4. bonjour Emmanuelle,
    comme promis : "Betty" de Arnaldur Indriðason
    http://mazel-pandore.blogspot.fr/2013/07/betty-de-arnaldur-indriason.html.
    Plus dans le genre des romans noirs des années 50...
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Mazel,
      Merci pour ton lien ;)
      Et je t'ajoute à la liste des participants!
      @+

      Supprimer